Le Bocuse d'Or

Le Bocuse d’Or, c’est quoi?

Le Bocuse d’Or, c’est une compétition culinaire du plus haut niveau. Le Bocuse d’Or, c’est 5h35 de gestes précis et entrainés des centaines de fois, c’est une union entre un cuisinier, son commis et leur coach, malgré le vacarme d’une foule déchaînée présente pour les encourager.

Au bout du chronomètre, les cuisiniers doivent servir deux mets à un jury composé des plus grands cuisiniers de la planète, le premier sur assiette et le second sur plat, dans l’esprit d’un service gastronomique à la française.

Le Bocuse d’Or, c’est une expérience qui a changé la vie de bien des cuisiniers, en les parant d’Or, d’Argent ou de Bronze. Le Bocuse d’Or c’est une compétition de haute précision, une lutte contre la montre, en équipe, mais aussi face à soi-même et face à 23 autres candidats.
Et puis, le Bocuse d’Or, c’est aussi une surprise, avec des thèmes qui changent chaque année.

Bref, le Bocuse d’Or c’est une aventure qui change les cuisiniers qui y participent, qui les fait grandir, qui les pousse dans leurs derniers retranchements, mais en leur permettant de croiser des chefs du monde entier et de découvrir leur cuisine, de se faire des amis à l’autre bout de la planète et de se faire connaître partout, s’ils parviennent à soulever le trophée.

     

     

Histoire

 

Le concours a été créé en 1987, par Paul Bocuse. A cette époque, le chef est déjà auréolé de trois étoiles au Guide Michelin depuis 22 ans. Il a créé des plats signatures indémodables, le rouget en écailles de pommes de terre ou la soupe VGE.

À 61 ans, il aurait pu prendre un peu de repos. Mais ce n’est pas le genre de la maison. Il a une autre idée en tête: la création d’un grand concours international.

Il le pense comme l’expression de la rigueur, du savoir-faire, de l’excellence, mais dans un esprit festif de compétition sportive, jeune et moderne. Le Bocuse d’Or est né.

 

 

 

Dès la première édition, l’événement s’impose comme bien plus qu’un concours. Trente ans plus tard, c’est toujours un but ultime, un Everest, le sommet de la cuisine mondiale. Très peu de chefs ont su un jour le dompter. Depuis 1987, 15 éditions, 15 cordées – chef, commis, coach, président – sont parvenus au sommet. Mais ils sont des milliers à avoir tenté l’aventure, depuis les qualifications nationales et continentales, jusqu’à la grande finale, organisée tous les deux ans dans le cadre du Sirha, les années impaires, à Lyon.

     

   

 

Bocuse d’Or Suisse

Quatre candidats se sont affrontés, en janvier dernier, pour représenter la Suisse lors de la finale continentale: Mario Garcia, Christoph Hunziker, Dave Wälti et Thomas Wycizk. Découvrez en plus sur eux en cliquant sur leur nom!

Chacun des quatre candidats a eu cinq heures et quarante minutes pour préparer et servir deux mets pour douze personnes.

Ils ont confectionné :
– une assiette de poissons, composée à base de deux esturgeons et de crevettes 16/20 (16 à 20 pièces par kilo), avec des garnitures libres
ainsi que :
– un mets de viande, composé d’une selle et d’une ou deux épaules d’agneau avec au minimum deux garnitures libres, le tout servi sur un plat.

Le concours était, cette année, sous la supervision de Jean-Michel Martin, chef du concours, et de Franck Giovannini, Bocuse de Bronze 2007 et président de l’Académie Suisse du Bocuse d’Or.

Chaque candidat était accompagné d’un commis de cuisine qu’il avait lui-même sélectionné, d’un âge de 21 ans au maximum et qui l’accompagnera aussi dans les étapes internationales, sauf événements exceptionnels.

Au terme de l’épreuve, c’est Mario Garcia, qui l’a emporté et qui s’en ira donc représenter la Suisse lors de la finale continentale qui se tiendra, à Turin, du 10 au 12 juin prochain.

Bocuse d’Or Europe

Mario Garcia, qui a remporté en janvier dernier la sélection Suisse du Bocuse d’Or, représentera la Suisse lors de la finale continentale qui se tiendra, à Turin, du 10 au 12 juin prochain. Ensuite, s’il termine dans les douze premiers lors de cette étape, le candidat suisse pourra rejoindre la finale mondiale, qui se tiendra, elle, au Sirha Lyon, en janvier 2019. 

Une des difficultés de l’étape européenne du concours, c’est que les candidats et commis concourent face à un nombreux public fanatique et déchaîné. Il y a aussi une pression médiatique intense, car le concours accueille les objectifs de nombreuses caméras de télévision et plusieurs dizaines de photographes. Enfin, pas moins d’une quarantaine de grands chefs sont présents dans les différents jurys et ne ratent pas une miette de ce que les candidats font, tout au long de l’épreuve, que ce soit en cuisine ou au niveau du dressage.

A l’heure actuelle, le détail complet des exigences pour le Bocuse d’Or Europe n’est pas encore connu.

Seul un plat a été annoncé aux candidats: ceux-ci devront réaliser un plat à base de la viande d’un jeune bœuf typique de la région de Turin, accompagné d’un mets à base d’un riz spécial.

Le Bocuse d’Or Europe se déroulera à

Turin

Bocuse d’Or Lyon

Le Bocuse d’Or Lyon se déroulera en janvier 2019. 24 Chefs du monde entier, qualifiés via des sélections continentales et individuelles,  vivrons deux jours de compétition intenses afin de remporter le plus beau trophée du monde de la gastronomie.

Le concours créé par Paul Bocuse en 1987, se tient tous les 2 ans. L’édition 2017 du Bocuse d’Or a fêté ses 30 ans d’existence ! Des surprises ont ponctué cet anniversaire !